Coupe du monde de rugby : Les Springboks sur le toit du monde

Ce samedi, l’Afrique du Sud a remporté la Coupe du monde de rugby en battant l’Angleterre 32 à 12 au Japon. Après 1995 et 2007, les Springboks ont soulevé la Coupe Webb Ellis pour la troisième fois de leur histoire. La Nouvelle-Zélande, vainqueure du Pays de Galles en petite finale, s’empare de la troisième place.

Une finale maîtrisée

Cette finale avait déjà bien mal commencé pour les anglais, perdant leur pilier Kyle Sinckler sur blessure dès la troisième minute de jeu, victime d’un coup de coude involontaire de son coéquipier Maro Itoje. Le XV de la Rose a ensuite été trop indiscipliné et immédiatement sanctionné par Pollard, passant une première pénalité à la dixième minute de jeu. Le duel des buteurs a alors pris place entre Pollard et Farrell. Si les anglais ont obtenu deux pénalités, dont une après une énorme séquence à la demi-heure de jeu, l’ouvreur sud-africain a répondu à chaque fois. Pollard a même puni l’indiscipline anglaise dans le dernières secondes de la première mi-temps (6-12). La physionomie du match laisse penser à une nouvelle finale sans essai entre les deux équipes, comme celle de 2007. D’autant plus que les Springboks démarrent la seconde période par une nouvelle pénalité et repoussent l’Angleterre à neuf longueurs (6-15). Mais Farrell et les siens n’ont pas dit leur dernier mot, revenant à -6 à la 52ème minute (9-15), puis à l’heure de jeu, juste après les trois points supplémentaires inscrits par Pollard à la 58ème (12-18). En fin de match, les sud-africains ont inscrit leur premier essai en finale de Coupe du monde par l’intermédiaire de Mapimpi, avant que le toulousain Kolbe ne scelle la victoire des Springboks en aplatissant une nouvelle fois dans l’en-but (12-30). Pollard transforme les deux essais et termine meilleur marqueur de la rencontre avec 22 points. Score final 12-32.

 

© Crédit photo : Sport 24 – Le Figaro

Trois sur trois en finale pour les Springboks

“Une finale ça ne se joue pas, ça se gagne”. Cette devise colle parfaitement aux sud-africains qui ont remporté leur troisième titre en autant de finales disputées, dont deux contre l’Angleterre. Les Springboks ont été trois fois champions du monde, à chaque fois à douze années d’intervalle. Après avoir glané son premier titre mondial en 1995 face à la Nouvelle-Zélande, puis le deuxième en 2007 et le dernier en 2019 contre l’Angleterre, faudra t-il attendre 2031 pour voir l’Afrique du Sud de nouveau championne du monde ? Rien n’est moins sûr. En attendant, les sud-africains égalisent les néo-zélandais, avec trois titres de champions du monde au compteur.

La Nouvelle-Zélande sur le podium

Vendredi avait lieu la petite finale entre la Nouvelle-Zélande et le Pays de Galles. Suite à un match maîtrisé de bout en bout, les All Blacks, qui se sont bien remis de leur défaite face aux anglais, ont décroché la médaille de bronze de cette Coupe du monde. Avec six essais inscrits pendant la rencontre, les néo-zélandais se sont facilement défaits des gallois 40 à 17. La Nouvelle-Zélande termine sur le podium pour la septième fois en neuf éditions.

Une pensée sur “Coupe du monde de rugby : Les Springboks sur le toit du monde”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *